Bref historique: Il existe des médecins diététiciens depuis la Dynastie ZHOU (XIe - 221 avant J.C.), ils sont responsables du maintien de la santé, de la prévention et du traitement des maladies par les aliments.
Le HUANG DI NEI JING de l'époque des Royaumes Combattants (ZHAN GUO) (475 - 221
avant J.C.) définit les principes et les méthodes de prévention et de traitement des maladies par la diététique, insiste sur la "compatibilité des Organes Entrailles avec la nature et la saveur des aliments", indique plusieurs prescriptions de diététique.
Pendant la Dynastie HAN de l'Ouest (206 avant J.C. - 220 après J.C.), la diététique se développe considérablement à partie du HUANG DI NEI JING.
Le SHANG HAN ZA BING LUN, Dynastie HAN de l'Est (25 - 220 après J.C.) constate l'importance des aliments dans le rétablissement de la santé en cours de maladies: "Une alimentation inadaptée nuit à la santé, une alimentation appropriée permet le rétablissement de la santé, une alimentation inadaptée aggrave la maladie" il indique des prescriptions de diététique médicinale qui sont encore utilisées,
Entre 220 et 589 paraît le SHI JING qui définit systématiquement les fonctions des aliments. Plus de 60 ouvrages de diététique sont publiés jusqu'aux Dynasties SUI (581 - 618 ou 617) et TANG (618 - 906 ou 907) et de nombreuses prescriptions médicinales sont élaborées.
SUN SI MIAO, Dynastie TANG (618 - 906 ou 907), insiste sur l'importance du traitement des maladies par l'alimentation : "dans le traitement des maladies, le médecin traite d'abord par les aliments; en cas d'inefficacité, il utilise les produits médicinaux"
Le SHI LIAO BEN CAO de MENG XIAN, élève de SUN SI MIAO, Dynastie TANG est le plus complet et le plus ancien des ouvrages de traitement par les aliments, il cite 241 aliments médicinaux, et aura une grande influence sur l'avenir de la diététique (malgré la perte de l'original de l'ouvrage).
Au cours de la Dynastie SONG (960 - 1278), la diététique se développe.
Le TAI PING SHENG HUI FANG de WANG HUAI YIN et collaborateurs, Dynastie SONG, étudie la méthode de traitement par la diététique médicinale de nombreuses maladies.
Le YIN SHAN ZHENG YAO de HU SI HUI, présente de nombreuses prescriptions de diététique médicinale, indique les contre-indications alimentaires pendant la grossesse et l'allaitement et les contre-indications aux boissons alcoolisées.
Le BEN CAO GANG MU, Dynastie MING (1368 - 1 644), présente de nombreuses prescriptions de diététique médicinale , notamment des bouillies médicinales (YAO ZHOU) et des vins médicinaux (YAO JIU).
Le ZUN SHENG BA JIAN, Dynastie MING (1368 - 1 644), indique des prescriptions de diététique médicinale afin de nourrir et d'entretenir la vie.
Le SHI WU BEN CAO, Dynastie MING (1368 - 1 644) explique l'action thérapeutique de l'eau, des céréales, des légumes, des fruits, des volailles, des animaux, des poissons,
Au cours de la Dynastie QING (1644 - 1911), plusieurs ouvrages de diététique médicinale paraissent:
- le SUI XI JU YIN PU de WANG SHI XIONG présente 300 aliments et boissons répartis en 7 classes,
- le SUI YUAN SHI DAN (Livre de cuisine de SUI YUAN) indique les principes et les méthodes pour cuisiner,
- le LAO LAO HENG YAN de CAO TING DONG présente plus de 100 bouillies médicinales pour les personnes âgées.
A l'heure actuelle, grâce au développement économique et à l'augmentation continuelle du niveau de vie, la diététique médicinale (YAO SHAN) est de plus en plus appréciée à sa juste valeur, et de nombreux ouvrages paraissent sur ce sujet.
Plusieurs ouvrages anciens sont publiés à nouveau.
De nombreux ouvrages sont publiés qui, largement diffusés, permettent la popularisation et le développement de a diététique médicinale (YAO SHAN), notamment:
 De nombreux travaux scientifiques sur la diététique médicinale sont réalisés. Certains hôpitaux possèdent des départements de diététique médicinale. Dans chaque grande ville, ouvrent des restaurants de diététique médicinale.
 Des diététiques médicinales sont élaborées sur la base de recherches scientifiques, adaptées au traitement des maladies (diabète, obésité, maladie cardio-vasculaire, etc.), à la santé des sportifs, des acteurs, des mineurs, des enfants, des personnes âgées, etc.
(cours diététique ECOLE LU MEN)

 



Diététique Chinoise ou l'art de manger correctement pour préserver la santé et aider la guérison

 La diététique chinoise est un art gastronomique qui allie, selon les principes et théories de la médecine Chinoise et le diagnostic qui en découle, les aliments et condiments aux produits de pharmacopée Chinoise en mariant les natures, les saveurs, les couleurs, les préparations...

On peut utiliser seulement des aliments usuels ou ajouter des produits médicinaux , ils se complètent dans le but de prévenir et traiter les pathologies, nourrir et renforcer le corps et prolonger la vie.

On retrouve d'ailleurs de nombreux aliments communs dans la classe des produits de pharmacopée :jujube, sésame, igname, raisin, noix, gingembre, framboise, cannelle, peau d'orange, citron, réglisse etc...

On ne peut donner des conseils de diététique Chinoise sans avoir pauser un bilan énergétique au préalable, selon les déséquilibres de l'individu certains aliments seront conseillés et d'autres non.

 

Harmoniser les natures et les saveurs

Comme pour les produits de pharmacopée, chaque aliment possède une nature et une ou plusieurs saveur(s) parmi les 4 natures et les 5 saveurs existantes.

L'harmonisation des saveurs consiste à mélanger convenablement les quantités de chacune des saveurs, afin d'apporter une alimentation complète permettant la production correcte de l'énergie et du sang et le maintien de la bonne santé.

Il est important de ne pas privilégier une saveur par rapport aux autres, notamment le salé, afin d'éviter toute consommation excessive d'une saveur qui conduirait au dysfonctionnement de certains Organes/Entrailles et entrainerait des modifications pathologiques.

 

Il est aussi important d'harmoniser les natures des aliments : tiède, chaud, froid, frais (et neutre). La nature est différente de la température de consommation, un aliment possède sa propre nature qu'il soit consommer froid ou chaud, mais la température pourra modifier la nature de l'aliment. (un aliment de nature froide pourra devenir frais ou neutre selon sa préparation).

Concernant la température de prise des aliments : Elle doit être ni trop chaude, ni trop froide pour ne pas blesser les 6 Entrailles.;« Les aliments ne doivent pas être chauds au point de brûler les lèvres ou froids au point de blesser les dents » .

On retrouve dans plusieurs ouvrages que l'alimentation devrait être principalement composée d'aliments chauds et qu'il faudrait éviter la consommation d'aliments froids et crus.

Les recherches modernes ont mis en évidence que, d'une part, la consommation excessive d'aliments chauds lèse les muqueuses de la bouche et de l’œsophage, entraînant des maladies. Et d'autre part, la consommation d'aliments froids ou crus, lèse les fonctions digestives de la Rate Estomac, entraînant des maladies gastro-intestinales.

 

Mélanger les aliments rationnellement

Afin d'apporter les nutriments nécessaires aux besoins des différentes fonctions physiologiques du corps, il est nécessaire de mélanger chaque catégorie d'aliments de manière rationnelle en fonction de leurs substances nutritives.

 

« Les 5 graines nourrissent, les 5 fruits assistent, les 5 animaux tonifient, les 5 légumes remplissent » SU WEN

 

Les graines (ou céréales) constituent les aliments principaux, ils apportent les glucides, la chaleur et l'énergie nécessaire au corps.

Les fruits, légumes et viandes sont auxiliaires : les fruits et les légumes apportent vitamines, fibres, minéraux et oligo éléments indispensables au métabolisme et aux activités fonctionnelles du corps.

La viande apporte les protéines, les lipides et les acides aminés nécessaires au métabolisme.

 

Éviter de ne pas consommer une catégorie d'aliment :

Tout les nutriments sont nécessaires au développement et au fonctionnement physiologique du corps.

Il est donc indispensable de consommer chaque catégorie d'aliment, d'éviter la monotonie et la consommation excessive d'un aliment en particulier.

 

Avoir une alimentation légère et simple :

Il faut manger et boire avec modération, les céréales sont les aliments principaux, les légumes, légumineuses, fruits, cucurbitacées et l'huile sont auxiliaires : Les boissons alcoolisées, la viandes, les aliments doux (sucrés) et gras doivent être consommés le moins possibles.

Ce qui ne veut pas dire qu'il faut supprimer totalement la viande , mais ne pas en consommer excessivement et modérer sa consommation.

 

Manger avec modération :

C'est le principe du ni trop, ni trop peu : être trop rassasié, ou trop affamé est néfaste.

S'abstenir de manger quand on a faim ou de boire quand on a soif conduit à l'épuisement de la source de production de l'énergie et du sang, les organes Entrailles ne sont plus nourris et les maladies apparaissent.

« La suralimentation conduit aux 5 troubles : troubles des selles, troubles des urines, troubles du sommeil, obésité et indigestion » (GONG GU ZHUI YAN)

Manger à 70% de sa faim est un bon principe, des repas moins copieux, notamment chez les personnes âgées, favorisent la bonne santé et la longévité.

 

Equilibrer les quantités d'aliments au cours de la journée :

Manger plus le matin et le midi, car l'homme travaille le jour et qu'il a besoin d'avantage d'énergie, manger moins le soir, car on est moins actif la nuit.

Les recherches modernes démontrent qu'une alimentation excessive continuelle, que l'on retrouve de plus en plus dans l'alimentation occidentale : surcharge l'estomac et les intestins entrainant des indigestions, provoque la concentration du san dans l'estomac et les intestins , réduisant l'apport en sang des organes majeurs comme le cerveau et le cœur d'où lassitude et fatigue mentale, favorise le développement de l'angine de poitrine chez les personnes souffrant de maladies coronarienne, conduit à l'obésité avec HTA, aux maladies coronariennes, au diabète …

 

Manger à horaires réguliers :

L'intervalle entre deux repas doit être ni trop court ni trop long afin que la digestion des aliments soit complète et que l'apport des nutriments nécessaires soit régulier et suffisant.

Les 3 repas doivent être espacés d'environ 5-6h, Il est préférable d'éviter de manger tant qu'on ne ressent pas la faim, et de ne pas boire tant qu'on n'a pas soif. Mais il ne faut pas attendre que la faim ou la soif soient trop importantes.

 

Selection des aliments:

Il faut s'assurer de consommer des aliments frais, propres, purs, débarrasser de la terre, ni moisis, ni abîmés.

Il faut le plus possible éviter de consommer des aliments transformés, industriels, et privilégier des aliments cuisinés maisons et ayant subis peu de transformation.

 

Préparation des aliments :

La préparation des aliments et produits médicinaux doit permettre la conservation de leurs propriétés, de leurs substances nutritives et constituants actifs, et faciliter leur digestion et leur assimilation.

Les produits médicinaux peuvent être directement cuits avec les aliments, mis à cuire enveloppés dans une gaze pour qu'ils libèrent leur principes actifs dans les autres aliments, ou préparés en décoction dans laquelle on fera cuire le reste des aliments.

Les cuissons à la vapeur, à l'étouffée, à l'eau, en soupe, sauter rapidement à feu vif sont à privilégier.

 

L'ambiance du repas est aussi importante que la nourriture

Ainsi il faut, se concentrer sur le repas, ne pas avoir d'autres activités en parallèle (lecture, excès de penser ou pire regarder les informations à la TV). Le repas se prend en étant calme, détendu : éviter de manger après une colère, une joie importante, en ressentant de la peur, de l'anxiété, du ressentiment... Ne pas manger en état de somnolence.

Ce qui aurait des conséquence sur la digestion et l'assimilation des aliments.

Le repas doit être pris dans un endroit agréable, calme, propre, avec une musique douce (qui aide à l'assimilation de la Rate). Il est très important de mâcher soigneusement et de manger lentement, on dit qu'il faut mâcher les liquides et pouvoir boire les solides. Après le repas, il est conseillé d'aller marcher lentement plutôt que de s'allonger, et se frotter le ventre avec des mains chaudes.